Le Samovar siffle en Russie

Le Samovar siffle en Russie

Assez peu associée à la culture russe, la consommation du thé en fait pourtant partie intégrante et ce depuis le XIX siècle. Les premières caravelles de Mongolie arrivent dès le XVIIe siècle mais il faudra attendre deux siècles pour que son usage se popularise d’abord à Moscou dans les fanges aristocratiques puis dans le reste de l’Empire. De nos jours, l’expression « Na Tchai » (littéralement : « pour le thé ») qui désigne un pourboire témoigne de la place prépondérante du thé dans la société russe. Tradition familiale mais également acte social, on reçoit, on noue des relations d’affaire ou l’on discute avec une tasse de thé. Devenu symbole de l’accueil russe, invitons-nous aujourd’hui pour le thé autour du Samovar.

Le Samovar

Boire le thé en Russie, c’est d’abord faire connaissance avec le Samovar, « Objet qui bout l’eau tout seul ». Il se compose d’une partie centrale contenant un combustible (souvent du charbon), une partie basse remplie d’eau et munie d’un ou plusieurs robinets. Une théière, située sur le dessus, infuse et garde le thé au chaud. Les pièces traditionnelles parfois très luxueuses (comme les Samovars de Toula) ont été remplacées par des Samovars électriques, mais l’objet garde une place prépondérante dans le rituel du thé et les ménageries russes. Ce n’est donc pas un hasard si le Samovar est aujourd’hui l’objet emblématique de l’hospitalité en Russie.

Le « goût russe »

Si la Géorgie est une région de thé, les russes affectionnent le thé chinois et plus particulièrement le Lapsang Souchong  à la saveur si caractéristique. Ce thé noir originaire de la région de Fujian bénéficie d’une longue oxydation. Il est séché sur du cèdre ou du pin puis roulé et oxydé. Il est ensuite séché de nouveau au dessus d’un feu d’épicéa ou de cyprès. C’est ce processus qui lui confère un goût boisé et fumé.

Le thé en Russie ou l’art de l’accueil.

Le thé russe est noir, concentré et relativement fort. Il se boit d’ailleurs sucré avec du sucre ou de la confiture de fruits et souvent agrémenté de miel, agrumes ou autres selon les coutumes. L’ajout de lait n’est pas très répandu, tout au plus proposera t-on un peu de crème à l’occasion. Il ne reste plus qu’à déguster, toute la Russie dans une gorgée de thé… Ah non, attendez, vous prendrez bien un baranki ?

« Un hôte est sur ton seuil, mets un samovar et un gâteau sur la table »

Ce proverbe russe met le Samovar, et donc le thé, au centre de la notion d’accueil en Russie. Il nous renseigne aussi sur une chose : le thé ne se consomme pas seul.  Il est servi très chaud accompagné de petites douceurs. Ainsi, il n’est pas rare de se voir offrir quelques pâtisseries ou fruits (secs ou non). Vareniki au fromage blanc, pain d’épice, baranki, ou pirogi à la pomme, la gastronomie russe ne manque pas pour régaler nos papilles. Des mets salés tels que des Zakouski (sorte de petits amuse-bouches à la charcuterie, au poisson ou au fromage) peuvent également parfois être servis.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*